Tuesday, 2 May 2017

Why Not Vote?


One may not wish to vote, not just on account of being lazy or apathetic, but out of anarchist conviction, in the sense that voting gives a certain legitimacy to representative political power as well as to the governmental system itself.

I concede that such a position goes against the flow but it is not without philosophical and factual justification, the State itself being founded not so much on a 'social contract' that I don't ever recall signing up to as on power, to wit, repressive force and the ability to levy taxes.

If one considers the State itself as being immoral, a thing which a pertinent analysis of numerous historical and current facts can only confirm, giving legitimacy to this State through voting becomes a question of conscience.

My ideal would be that no one at all takes the trouble to vote because that would show and as result put into question the very existence of centralised government (government meaning 'mind control' etymologically) managed by a clique of people who have no real authority as compared to you or me. 

Pourquoi ne pas voter ?


On peut ne pas voter, pas uniquement parce qu'on est paresseux ou apathique, mais par conviction anarchiste, dans le sens où voter donne une certaine légitimité au pouvoir politique représentatif et au système gouvernemental lui-même. 

Je concède qu'une telle position est très à contre-courant mais non sans justification philosophique et factuelle, l'Etat étant lui-même fondé non pas tant sur un 'contrat social' que je me souviens pas d'avoir signé que sur la puissance, à savoir la force répressive et le pouvoir de lever les impôts. 

Si l'on considère l'Etat lui-même comme étant immoral, une chose qu'une analyse pertinente de nombreux faits historiques et courants ne peut que confirmer, légitimer cet Etat par le vote devient une question de conscience.

Mon idéal serait que personne du tout ne prenne la peine de voter car cela montrerait et du coup mettrait en question l'existence même d'un gouvernement centralisé (gouverne-ment signifiant 'contrôle de l'esprit' étymologiquement) gérer par une clique de gens qui n'ont aucune véritable autorité par rapport à toi ou moi.